Bandeau
STAARP-Section Tandem des Auxiliaires des Aveugles de la Région Parisienne
Avec la staarp on voit plus loin

STAARP - Section Tandem des Auxiliaires des Aveugles de la Région Parisienne

Cépoy 2009

Pâques à Cépoy

Article mis en ligne le 15 mai 2018

Pâques à Cépoy

Cépoy, c’est tout près de Montargis, dans le Gâtinais : Cépoy loin, quoi ! Nous partons pour ce joli petit village le samedi 11 avril 2009 dans l’après-midi,

via la SNCF qui nous convoie jusqu’à Fontainebleau. Ce samedi, c’est la veille de Pâques.

Nous, c’est-à-dire Mao, Jean-Brice, Alexandra et Christian. Les deux équipages de choc enfourchent leurs montures respectives et partent à l’aventure, munis

de leurs cartes routières qui leur proposent un menu alléchant : Bourron-Marlotte, Épisy... Le ciel est voilé (mieux vaut çà qu’les roues ! ) et bientôt,

une bonne averse nous saisit au sortir d’un estaminet réconfortant, à Lorrez...

Nous atteignons l’auberge de jeunesse de Cépoy, qui domine un canal, juste à temps pour prendre possession de notre chambre, pour six, et dévorer un copieux

repas bien arrosé. La fenêtre de notre dortoir s’ouvre sur un raffut du diable (et les chaussures de Briçouille qui tentent de sécher ! ). Mao et Alex

sont perplexes ! Canards ? Grenouilles ? Crapauds en rut ?

Rien de tout cela, figurez-vous : les arbres qui bordent le canal sont noircis de corbeaux et autres corneilles croassant à qui mieux-mieux...

Le parcours dominical annonce 125 km : une boucle passant par Briare et son pont-canal, Gien... Comme il est bon de retrouver la Loire et son lit majestueux !

Nous pique-niquons au bord du pont-canal, où deux amis de Jean-Brice, Michel et Mireille, qui vivent sur une péniche, nous rejoignent. Le soleil est de

la partie, les traditionnelles carottes crues, interminables à manger, et autres concombres aussi ! Après quoi nous repartons à l’assaut de la campagne

odorante. Jean-Brice et Alex se demandent comment Mao et Christian sont toujours en selle, tant leur tandem menace de s’écrouler : un bruit de ferraille

incessant rythme leurs efforts et fait concurrence aux oiseaux que nous avons peine à entendre ! Au secours, Bernard, il faut faire quelque chose ! Cette

fois-ci, l’équipée sauvage est de retour suffisamment tôt pour déguster un bon apéro et se faire une beauté. Christian et Jean-Brice s’attaquent au parcours

du lendemain et établissent une carte de route précise : 80 km pour rejoindre Etampes. Comme d’habitude, le petit cortège s’ébranle avec un léger retard

sur l’horaire prévu. A notre grande surprise, le terrain est beaucoup plus vallonné que la veille. La campagne est silencieuse (week-end de Pâques oblige),

odorante, bruissante de merles et autres oiseaux qui saluent notre passage : quelle merveille ! Après le pique-nique traditionnel et quelques arrêts-pipis

plus que nécessaires, les staarpistes de luxe (Jean-Brice a obtenu son diplôme de PiLux - demandez à Alex ce que ça signifie) atteignent Etampes et le

RER, attrapé de justesse car la SNCF nous avait indiqué le mauvais quai, puis Paris et son vrombissement infernal ! Et Alex qui saute littéralement dans

son bus qui passe juste au moment où nous arrivons à l’arrêt. Et Christian et Jean-Brice ont ramené les tandems à bon port, même le tandem Ikéa, vous savez,

celui qui grinçait...

Quel week-end épatant, dans la bonne humeur, loin des petits soucis quotidiens : c’est aussi ça, la STAARP...

Au cours de ce week-end, nous avons vraiment traversé des villages, ou carrément de tout petits bleds, qui avaient de drôles de noms. Voici donc nos étapes :

De Fontainebleau à Cépoy :

- 

Thomery

- 

Croix de Saint Hérem (dans la forêt de Fontainebleau)

- 

Bourron Marlotte (sans S à Bourron, c’est dommage)

- 

Montigny sur Loing

- 

La Genevraye

- 

Nonville (à ne pas confondre avec Non lieu)

- 

Les Ortures (bien mettre un T et pas un D)

- 

Lorrez le Bocage Préaux

Ensuite on est passé à côté de Lamalosse (et pas Lamalalosse)

- 

Egreville

- 

Bransles (sans commentaire)

- 

Néronville (tout y était brûlé)

- 

Château Landon

- 

Préfontaines (on aurait pu s’en jeter un derrière la cravate)

- 

Girolles

Et enfin Cépoy, ce qui nous a fait 80 kilomètres pour venir.

Le dimanche de Pâques, nous avons fait une boucle Cépoy-Cépoy en passant par :

- 

Montargis

- 

Mormant sur Vernisson

- 

Mocquepoix (mais je ne me moque pas)

- 

Montcresson

- 

Montbouy

- 

Châtillon Coligny (très joli)

- 

Dammarie sur Loing

- 

Rogny les Sept Écluses (elles datent du 17ème siècle, mais ne sont plus en service...)

- 

Escrignelles

- 

Ouzouer sur Trézée

- 

Briare

Ouf ! Repos et casse croûte au bord de la Loire avec les copains "marins d’eau douce".

Et l’après-midi :

- 

Traversée de la Loire sur le pont canal de Briare

- 

Saint Firmin sur Loire

- 

Saint Brisson sur Loire

- 

Saint Martin sur Ocre (et pas sur Loire)

- 

Gien

Et encore un petit arrêt (pipi ou café, on ne sait plus, mais on a fait les deux)
- 
La Prise d’Eau
- 
La Montagne
- 
Les Trous Blancs
- 
Les Choux (il ne fallait pas l’oublier, celui-là)
- 
Langesse
- 
Varennes Changy

Ensuite, je ne sais plus si nous sommes passés par Ouzouer des Champs ou par Oussoy en Gâtinais.

Mais nous avons traversé :
- 
Casse Bouteilles (au pluriel, les bouteilles)
- 
Vimory
- 
Montargis
- 
Chalette sur Loing (on s’est fait piégé et on a été obligé de suivre la nationale pendant 3 ou 4 kilomètres)
- 
Cépoy et son auberge bien attendue après ces 125 kilomètres.

Et enfin le lundi de Pâques, nous entamons le retour en direction de Paris :
- 
Cépoy
- 
Girolles
- 
Préfontaines
- 
Courtempierre
- 
Sceaux en Gâtinais
- 
Beaumont en Gâtinais
- 
Boësses (dur à prononcer)
- 
Echilleuses (on a fait un crochet pour y passer car avec un nom pareil, il ne fallait pas manquer ça)
- 
Grangermont
- 
Ondreville sur Essonne
- 
Briarres sur Essonne
- 
Dimancheville (mais on était lundi)
- 
Orville
- 
Malesherbes
- 
Champmotteux
- 
Mespuits
- 
La Forêt Sainte Croix
- 
La Montagne
- 
Étampes qu’on gagne après 80 kilomètres de route.

En fait, on n’a pas fait le crochet pour aller voir des copains de Jean-Brice car ça faisait un peu loin, mais c’est dommage car ils habitent à Crottes
en Pithiverais, qui est juste à côté de Chilleurs aux Bois. Je ne blague pas. D’ailleurs Chilleurs aux Bois est le village où le rallye Versailles - Chambord
sert le casse-croûte de la mi-parcours. Bon, c’est dommage car ces deux noms auraient fait deux beaux spécimens à ajouter à notre collection.

Point final.

Alexandra et Jean-Brice